Journal de Paul-Marie Coûteaux
Une certaine Idée de la France et du monde

La vertigineuse addition des délires du système des partis, de l'égotisme de notre bocal politique où se sont perdus, hélas, ceux qui ont tour à tour prétendu relever le drapeau, d'une longue suite de gouvernements nuls, de l'incurie de dirigeants qui n'ont de responsables que le nom et, par-dessus tout, de l'oubli par notre peuple de tout souci de lui-même, a créé autour de nous une situation certes douloureuse mais que la France a souvent connue : le chaos. Nous voici près de ce que Bainville appelait la "récurrente anarchie française", dont nous n'apercevons encore que les premiers prodromes. Ce n'est pas une raison pour croire que la France se meure. Qui connaît l'Histoire sait qu'elle en a vu d'autres, et que l'essentiel est toujours, et en dépit de tout, de faire vivre une idée de la France, et à travers elle une idée de la diversité et de la beauté du monde. Cette idée resurgira tôt ou tard : il suffit de la garder au coeur, de distinguer ce qui meurt et ce qui vit, de voir, de comprendre, de protéger la langue, et d'écrire. Voici la suite d'un journal que je tiens depuis 1992, dont j'ai déjà fait paraître des extraits dans un ouvrage, "Un petit séjour en France", ainsi que divers blogues-notes, "For intérieur" puis "Une certaine Idée"...

mercredi 22 janvier 2014

Communiqué de Paul-Marie Coûteaux - Président de Souveraineté, Indépendance et Libertés (SIEL)

Deuxième  COLLOQUE du SIEL "L'universel déni des identités"
Samedi 25 janvier de 15 h à  21 h - Maison de la Chimie -Paris 7ème


     Souveraineté Indépendance et Libertés (SIEL), organise samedi prochain 25 janvier, de 15 à 21 h, dans la grande salle de la Maison de la Chimie (460 places) son deuxième colloque annuel. Le premier s'était tenu, le 28 janvier dernier, à l'Assemblée nationale, en partenariat avec Jacques Bompard, député du Vaucluse, sur le thème "France, qu'as-tu fait de tes  libertés ?" et avait réuni des personnalités aussi diverses que Charles Beigbeder (UMP), Xavier Lemoine (PCD), Catherine Rouvier (RBM), Philippe de Saint-Robert (Fondation Charles de Gaulle), Pierre Cassen, Robert Ménard...

    Le thème de cette année est : "L'universel déni des identités", ce dernier mot devant être ici compris au sens le plus large : il ne s’agit pas seulement des identités politiques mais aussi des identités sociales (la famille, l'homme, la femme, la question du "gender" etc.) et  des identités naturelles (environnement, écologie, agriculture, question du "transgénique" etc.) ; il s'agit en somme de reformuler dans les termes contemporains la question classique du rapport de toute chose à elle-même, son essence et son nom. Ces trois sous-thèmes détermineront trois tables rondes : la première (identités politiques) sera présidée par Christian Vanneste, la seconde (Identités sociales), par Béatrice Bourges, la troisième (Identités naturelles), par Alain de Benoist.

     Sont attendues également plusieurs autres personnalités venues d'horizons différents. Ont confirmé leur participation : Marine Le Pen,  Renaud Camus, Henri de Lesquen, Christian Combaz, Olivier Dejouy (secrétaire général de l'Action française), Wallerand de Saint-Just, le Dr Véronique Hervouët, le professeur Gilles Lebreton... La présence de plusieurs autres personnalités  est à confirmer.

       Ce colloque aura lieu la veille du "Jour de Colère" dont il se propose d'être une sorte d'ouverture intellectuelle, l'un des objectifs du SIEL étant de contribuer au renversement de l'hégémonie idéologique de la gauche par la restauration des thèmes politiques fondamentaux de la pensée française. "Tout ce qui élève unit" disait Péguy : face à la pensée unique noyée dans le mondialisme, l'existentialisme et conséquemment la négation de toutes les formes d'identités, il entend réunir les Français sur des paradigmes qui les élèvent et les unissent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire